BO du Blog

jeudi 26 novembre 2009

Guy Forget une opinion

Voilà un calembour ma foi de haut vol. Ma femme m'a demandé de me forger une opinion sur la vaccination de notre fille. Pas simple ... Certains hurlent au "on nous cache tout, on nous dit rien". Moi je pense que "ils en savent rien mais ils disent tout". Bref, pas simple. J'ai été sur le site du Ministère, c'est Radio Moscou. Vaccinez-vous, vaccinez-vous, vaccinez-vous (je répète) vaccinez-vous
J'ai donc consulté l'excellent site Sentiweb que je fréquente depuis quelques hivers et aussi le site du CDC d'Atlanta. Bon, il semblerait que la maladie soit bien en phase de propagation forte (comme une grippe saisonnière, peut-être plus), notamment en Rhône-Alpes. Par contre, il semblerait que sa gravité ne soit pas plus grande qu'une grippe classique. Juste les cibles qui ne sont pas les mêmes : là ou la grippe classique vise plutôt les vieux, celle-là taperait plutôt les entre deux (30 à 50 ans) et les femmes enceintes.
Quant au vaccin, on n'a aucun recul sur ses éventuels effets secondaires. J'en déduis donc que vacciner ma fille n'est pas le mieux (les enfants de 0 à 4 représentent aux USA 19% des hospitalisations pour la grippe A mais 3% des décès) ... pour le moment.
Par contre, pour ma femme et moi, du coup ?

11 commentaires:

  1. De par chez moi, toute la famille est vaccinée...
    L'argument selon lequel seule la grippe tue, pas le vaccin me parait plutôt bon. Quant aux effets secondaire des vacins ils semblent pas mal eggagérés (que ce soit sur l'hépatite B ou le ROR aucune étude sérieuse n'a jamais rien trouvé alors que ça fait un moment qu'on se pose des questions).
    Sinon toi qui regarde les données sur les enfants hospitalisés dans les enfants hospitalisés combien garde des séquelles / fragilités pulmonaires (vu que c'est ça le risque principal plus que la mort qui est plutôt rare dans nos société au système médical performant).
    Il semble que le virus ai déjà circulé dans les années 50, donc en effet pour cet fois les vieux ne sont pas les plus atteints.

    RépondreSupprimer
  2. @Laurent : ach, j'avais réussi à me faire une idée, tu m'instilles le doute. T'as pas tort ... Je pense pas qu'on puisse dire que les vaccins sont sans effets secondaires. Comme dirait ma mère "tout principe actif a un effet secondaire" !
    Il y a quand même une relation sérieuse entre le vaccin Hepatite B et des maladies neuro-dégénératives ...

    RépondreSupprimer
  3. Ah, qu'est-ce qui te fais dire qu'il y a une relation sérieuse ?
    Le débat sur les vaccins est plus autour des adjuvants / conservateurs, que sur le "principe actif" (qui n'est justement pas "actif" dans le cas des vaccins vu que ce qu'on recherche c'est juste des antigène pour faire réagir le système immunitaire).

    RépondreSupprimer
  4. oui c'est sur les adjuvants !
    sur Hepatite B, il y avait quand même un gros doute disons, un faisceau de présomption mais pas de lien de causalité avéré, votre honneur, je l'admet !
    Ce qui m'a étonné, c'est l'absence d'adjuvants dans certaines populations et la présence pour d'autres (sur H1N1). D'après ma femme, c'est que, sans adjuvants, il faut en produire plus (de principe actif). Donc, pour que tout le monde en ait, faut mettre des adjuvants ... sauf pour les chtis nenfants (< 2 ans) et femmes enceintes.
    Ce qui est paradoxal : le gouvernement JURE que les adjuvants sont harmless mais propose un vaccin sans adjuvant pour les "fragiles"
    Pas simple tout ça ... On en saura plus (peut-être) dans 20 ans ...

    RépondreSupprimer
  5. De ce que j'ai lu l'adjuvant permet surtout une réponse plus rapide et plus grande du système immunitaire (d'ailleurs il me semble que les taux d'éfficacité du vaccin sont meilleurs avec l'adjuvant).
    Protèger les enfants et les femmes enceintes : ça me parait plutôt en ligne avec la politique très "principe de précaution" en ce qui concerne les foetus. Il est vrai que l'on connait très mal les effets de ces substances sur les feotus, ceci dit je ne sais pas si le squalène passe la barrière placentaire.
    C'est en tout cas l'argument principal concernant la femme enceinte et le très jeune enfant.
    C'est comme l'aspirine c'est pas recommandé chez la femme enceinte et l'enfant, pourtant c'est pas "dangereux" pour la santé en soit si c'est pris correctement.

    RépondreSupprimer
  6. oui tu as raison, l'adjuvant est fait à la base pour améliorer la réponse du système immunitaire et donc in fine l'efficacité du vaccin
    Mais dans le cas présent, je me posais la question :
    - soit on donne un vaccin 'light' aux femmes enceintes (et donc pas très efficace)
    - soit on fait prendre des risques aux autres
    Bref, pourquoi ? D'où la réponse de ma femme (qui vaut ce qu'elle vaut mais enfin c'est ce qu'elle a entendu "en interne")

    RépondreSupprimer
  7. Effectivement il y a aussi plus de principe actif sans adjuvant.
    Après c'est comme si on avait un médicament et un adjuvant alcolisé pour plus d'efficacité, on éviterait d'en donner à la femme enceinte, sans que ça soit un risque pour les autres. Donc oui il semblerait que le vaccin sans adjuvant est moins efficace.

    Bon ceci étant dit piqure ou pas alors ?

    RépondreSupprimer
  8. Je suis d'accord avec Laurent:
    Le mieux c'est que vous fassiez tous vacciner, comme ça je finirai au moins par savoir un jour s'il y avait des effets secondaires ou non...
    :-)

    RépondreSupprimer
  9. nan Stef, vous allez tous vous faire vacciner et ma femme ramène une prime à Noël ...

    RépondreSupprimer
  10. Les vaccins sont déjà commandés, donc t'inquiète pas pour la prime...

    RépondreSupprimer
  11. Je cite : En diminuant la quantité d’antigène nécessaire par vaccin, les adjuvants permettent d’augmenter les capacités de production. Sans adjuvant, les délais de livraison sont prolongés avec un schéma de production sur plusieurs semaines. Signe qui ne trompe pas, les États-Unis auront probablement recours aux vaccins adjuvantés pour faire face à la demande.

    RépondreSupprimer