BO du Blog

dimanche 1 novembre 2009

I wanna be Francois Begaudeau

Je veux être François Begaudeau. On a à peu près le même âge lui et moi. Je ne sais plus top ou j'en suis, j'ai démarré ma carrière professionnelle et je cherche une bifurcation vers quelque chose quelque part. Je ne sais pas encore si ce sera une légère courbe ou un violent tête-à-queue en serrant le frein à main. Mais ce que je vois, c'est qu'il existe un double de moi-même qui semble avoir réussi à faire ce que je veux faire. I wanna be François Begaudeau.
J'ai exactement un an de moins que François Begaudeau. A nos âges, on ne compte plus vraiment ce genre de différence. Comme moi, il démarre la vie active de façon tout à fait conventionnelle. Comme moi, je ne suis pas sur qu'il a fait un choix. Parents enseignants, fils enseignant. Banale histoire de reproduction sociale. Sauf qu'à un moment, Francois Bégaudeau bifurque. Il se ménage du temps, il écrit aux Cahiers du Cinéma. Il y a avait bien eu quelques germes. Il avait été à la tête d'un groupe de punk-rock du très joli nom de Zabriskie Point (joli par le lieu, joli par le film). Mais enfin, combien de cadres de multinationales ont montés des groupes de rock voire punk en étant ado ?
Et puis, François Bégaudeau, il explose. Il fait des livres, des bons livres, des livres que moi-même j'achète, des livres qui marchent bien. Il devient critique à la télé, il passe bien, il est beau, d'une beauté vaguement féminine, loin des clichés du mâle viril minable et pourtant, il cultive les contrastes. Il assume sa féminité, François Bégaudeau, et en même temps, il est fan de foot. Il est érudit, mais il aime le rock foutraque des Wampas. Il a tout pour plaire, François Begaudeau. Il s'essaye même au cinéma. Et vous savez quoi, il récupère la Palme d'Or ! C'est Forrest Gump, François Bégaudeau, tout lui réussit. On peut même pas être jaloux, il le mérite.
Dis, comment on devient François Bégaudeau ? I wanna be François Bégaudeau.

1 commentaire:

  1. J'aurais voulu être un artiste......
    Le blues du businessman.

    RépondreSupprimer