BO du Blog

lundi 30 novembre 2009

Les Suisses sont-ils xénophobes ?

Surprise & consternation : les Suisses ont majoritairement dit oui dans la votation organisée à l'instigation de la droite dure pour l'interdiction des minarets au pays du chocolat.
Que faut-il en conclure ? Que le Suisse est xénophobe ? Qu'elle rejette une minorité musulmane qui ne représente pourtant qu'à peine 5% des personnes présentes sur son territoire. Pas si sûr ... Ici, rebondit le débat sur l'identité nationale.
Je vais être très franc : à titre personnel, je préférerai ne pas voir de minaret dans le ciel de France. Cela fait-il de moins un gros xénophobe incurable ? Je n'en sais rien ... J'ai du respect pour les musulmans, pour l'Islam, je suis absolument pour leur liberté de culte, je n'ai aucun problème avec la construction des mosquées en France. Mais les minarets, si ! Je trouve cela trop "ostentatoire". Pas plus que les flèche des cathédrales me dira-t-on ? Certes non. Mais c'est justement là le coeur du débat.
Pour moi, l'identité de la France est, qu'on le veuille ou non, quelles que soient les croyances de ses citoyens en 2009, liée à la culture catholique. Même si l'on est laïc depuis plus d'un siècle, on ne peut effacer plusieurs siècles de liens très étroits entre l'Eglise et le pays. Et le doit-on d'ailleurs ?
Donc notamment l'Eglise a façonné la paysage et l'architecture de la France à tel point qu'un candidat de gauche présentait sa célèbre affiche de la France tranquille il y a 20 ans sur fond de champs et de village ... avec son clocher. De même que la culture viticole, la tradition paysanne, etc etc l'ont façonné.
De mon point de vue, il n'y a pas à en avoir honte. Et pour moi, le clocher d'une Eglise est un des symboles de la France, comme les clocher orthodoxes sont celui de la Russie ou les minarets celui des pays musulmans. Doit-on aller vers une culture de métissage/mondialisation où tous les pays se ressembleraient ? Je ne le pense pas. L'identité nationale, c'est aussi le paysage, campagnard ou urbain. Il y aura un jour où il semblera normal de voir s'élever des minarets dans le ciel de France ou de Suisse. Mais cela peut prendre des décennies ou des siècles. L'identité d'un peuple est une chose qui ne peut changer que lentement et qu'il ne faut pas brusquer au risque de voir remonter à la surface des choses que l'on préférerait voir enfouies à jamais.

9 commentaires:

  1. Repost de FB, comment de David R. :

    A mon avis, un référendum du même type en France donnerait le même résultat, peut-être même plus élevé en faveur de l'interdiction. Au final, je trouve qu'il y a une énorme contradiction à se présenter comme un pays laîc et accepter que des communautés religieuses puissent faire du prosélitisme, que ce soit en organisant des manifestations ou en implantant ostensiblement des lieux de prière dans le paysage.
    Que chacun soit libre d'exercer sa religion, c'est très bien. Par contre, que la société dans son ensemble doive s'adapter pour répondre à un certains nombre de précéptes de cette religion, je dis très clairement non. La religion est du domaine privé, elle n'a pas à empièter sur la sphère publique.
    Je trouve déjà ubuesque que certaines maires démagogiques aient accepté de réserver des plages horaires dans les piscines publiques à certaines catégories de personnes !
    Ce qui me dérange d'autant plus dans ces cas-là, c'est qu'il sont l'expression de la volonté d'une infime minorité qui dessert au final tout le reste de la communauté.

    RépondreSupprimer
  2. Le principe laïque fait d'ailleurs une nuance positive entre le religieux et le spirituel, mais la frontière est parfois très ténue. D'une part l'exemple est souvent mal donné en la matière (on se souviendra des gestes de notre président envers le pape). D'autre part il est difficile de comprendre la spiritualité venues d'autres religions. Pour exemple, je me souviens d'un jeune homme musulman croisé sur une aire d'autoroute, un soir. Il faisait sa prière, caché derrière quelques arbres. Sa spiritualité nécessitait cette forme d'expression. Sa discrétion et son calme étaient touchant dans ce lieu de passage et de vitesse, et on pouvait imaginer ce que signifie une différence culturelle au quotidien.

    Le monde actuel n'a pas fini de poser ces questions, et on pourrait dans le même temps se demander, pour viser au plus juste, quelle résistance peut opposer une culture à Coca-Cola. Car je suis entièrement d'accord : l'identité est quelque chose qui nécessite de la lenteur.

    RépondreSupprimer
  3. @David : dac avec toi, les français auraient voté pareil je pense, ce que soulignait d'ailleurs Bernard Guetta sur Inter ce matin (en disant que le vote Suisse était une honte, ce que je ne partage pas). Aussi d'accord sur les créneaux piscines
    D'ailleurs, je pense que le débat existe en France. Les controverses sur le voile ou la Burka sont mises sous le sceau de la laïcité car c'est plus politiquement correct mais c'est d'identité nationale qu'il s'agit !
    @Laurent : je ne suis pas un laïcard pur et dur ... je pense bien sur que les religions ne doivent pas interférer dans les affaires de l'état. Par contre, je pense que l'Etat doit participer à l'entretien des églises (ce qu'il fait quand elles sont classés aux Monuments de France). Il ne me paraîtrait pas absurde que l'Etat finance la construction de mosquées (sans minarets !). Après tout, l'Etat a longtemps aidé l'Eglise donc ce serait un bon geste à faire envers la communauté musulmane et qui leur permettrait de pratiquer leur culte dans la sérénité

    RépondreSupprimer
  4. Pour moi la laïcité suppose une égalité de traitement entre les religion:
    Donc minarets, églises etc. tout ça c'est de l'ordre du geste architectural privé.
    Du moment que ce n'est pas financé par la collectivité (nos impôts) et que ce n'est pas trop moche (A priori, il devrait y avoir une enquête publique comme pour tous les bâtiments qui ont un impact sur la paysage), ça ne me dérange pas.
    On peut pas rester scotchés indéfiniment à une tradition séculaire. Il y a de magnifiques bâtiments au sud de l'Espagne qui sont des mélange admirables des cultures chrétienne et musulmane.

    Ceci dit, je me passe très bien des deux (clochers d'église et minarets).
    Quand je suis chez moi en Alsace, il y a un clocher qui sonne le tocsin tous les matins alors il y en a qui doivent trouver ça bucolique mais personnellement, il y a des matins ou je porterais bien plainte pour tapage!

    Pour ma part, je me suis fait ma propre religion et j'incite mes contemporains à faire de même ce qui rendrait les guerres de religion bien moins virulentes.

    Je vais d'ailleurs peut-être construire une bâtiment pour célébrer ma religion:
    Il s'agira d'une éolienne de 100 m de hauteur pour célébrer le dieu des vents et de l'énergie renouvelable (clin d'oeil à Laurent concernant notre débat sur la religion écologique)

    A bientôt chers amis...

    RépondreSupprimer
  5. @Stéphane
    Je ne voudrais pas prendre la place d'un autre, car il me semble qu'il y a un autre Laurent qui vient commenter sur ce blog (aussi j'ajoute une consonne à mon prénom).

    Selon Wikipédia d'ailleurs :
    "Nom formé sur le latin Laurentius, dérivé de laurus (laurier), signifiant celui qui porte le laurier, en référence à la couronne de laurier dont on coiffait la tête des poètes et généraux victorieux à l'époque romaine. Par la suite, dans la chrétienté, il représente la victoire de la nouvelle religion sur le paganisme, à l'image de saint Laurent « obtenant la couronne du martyr » en étant brûlé sur un gril au IIIe siècle."

    Ce qui, je l'espère, ne portera pas préjudice au fait de parler de religion, de laïcité ou de toute autre chose intéressante sur ce blog ;)

    RépondreSupprimer
  6. @Laurent C, en effet il y en a un autre.
    Je ferais valoir une prime à l'antériorité en ne me rajoutant pas d'initiale.

    Par ailleurs merci pour ce rappel de notre saint patron des rotisseurs...

    Pour ce qui est des minarets ... objectivement on peut difficilement se vouloir laïc et les interdire, du moment qu'ils respectent les autres règles d'urbanisme et les sites "classés".
    Certes c'est ostentatoire, mais l'islam, comme le christianisme, prone le proselytisme donc c'est logique. Et puis on construit bien des temples boudisdes en forme de pagode ça ne choque personne.
    Tout ça donne du grain à moudre à ceux qui veulent voir le rejet de l'islam en Europe, et par là la nécessité de guerres de religion (où autre lutte sous-tendues par des motifs religieux).

    RépondreSupprimer
  7. @Laurent : oui c'est la difficulté. Il n'y a pas de raison, dans un état de droit, d'interdire les minarets (en tout cas, pas plus qu'une tour de bureau). Mais là encore, je ne suis pas un laïc tant que ça ... je prône plutôt un rapport distant & apaisé entre les religions et l'Etat. Nier tout lien entre les religions, la nation, la culture me semble un peu extrême. Dans le contexte de 1905, je le comprends. Dans celui de 2009, moins ...
    @Stef : quel anti-clérical tu fais ... Oui les coups de cloche, c'est pénible. Mais que fais-tu de l'apport de l'Eglise (en tant qu'institution et monument) au productivisme voir au capitalisme ? En effet, le fait de rythmer le temps a été un élément décisif pour l'organisation et l'efficacité du travail. Pas de temps, pas de synchro (usine, travail en groupe). Bon, tu vas me dire, de nos jours, on a des radio-réveils pour se lever ... pas faux ;)

    RépondreSupprimer
  8. Voilà des suites de débats intéressants...pour ma part ce que j'ai ressenti sur le fameux coup de théatre du non au referundum Suisse, c'est une nouvelle fois un coup du très cher 'hum hum mais ce n'est très politiquement correct tout cela...'
    Après en effet le coeur du débat sur une présence marquée et affirmée de tel ou tel courant religieux c'est vraiment un débat de longue haleine. En effet comme le disait Nico si on transposait le débat en France qui a une histoire intimement lié et mélée à la chértienté, ce serait une réponse analogue en effet. Nous ne sommes pas prêts et vu le contexte actuel ce serait d'avantage vécu comme une victoire de territoire que comme un partage de culture et de croyance qui pour moi est réellement l'obejctif de cette question.
    Nous en avons d'ailleurs d'autres bien épineuses qui mijotent avec les signes extérieurs religieux trop ostensibles, notre lien chef état-papauté...

    Il faut rester raisonnable sur ces questions et poser les vrais débats sans tomber dans les guerre de "clocher-minaret" tellement inévitable et sanglantes...Le post de @Laurent sur l'intimité de la pratique religieuse s'inscrit dans une processus de pacification de ces débats

    RépondreSupprimer
  9. Ce qui me frappe, c'est une nouvelle fois la fracture ENORME entre les "élites" (vote honteux, etc etc) et le "peuple" qui ne trouve pas ça honteux ... C'est la même chose avec l'Europe (cf vote non à Lisbonne). On a un conflit de plus en plus grand entre un peuple qui ne veut pas bouger trop vite sur son identité (et l'intégration dans l'Europe en fait partie) et une élite qui veut forcer l'allure.
    Le risque ? Que le "peuple" se cabre car, comme je l'ai dit, bouger une identité nationale, ça ne peut se faire qu'à l'échelle des générations. Et quand le peuple se cabre, on peut s'attendre au pire (accès de populistes/extrémistes au pouvoir partiel ou total, répétition de 33, etc etc). Je préfère qu'on attende une génération pour construire des minarets plutôt que prendre le risque d'une épuration ethnique à la française dans 10 ans ...

    RépondreSupprimer