BO du Blog

mardi 3 novembre 2009

SNAFU & FUBAR

Je ne sais pas pourquoi mais j'ai repensé à deux expressions qui, me semble-t-il, pourrait bien décrire l'état du monde actuel sur bien des plans.
Ce sont deux expressions issues du langage argotique des soldats US, notamment pendant la seconde guerre mondiale. Comment suis-je tombé là-dessus ? Il se trouve en informatique qu'il est souvent utilisé dans les exemples les mots 'foo' ou 'foobar', comme nous dirions nous 'toto'. En tirant la pelote de laine, je me suis rendu compte que FOOBAR était une déformation de FUBAR qui voulait dire "Fucked Up Beyond All Repair" (Bousillé au-delà de toute réparation possible). SNAFU était un terme assimilé qui voulait dire "Situation Normal, All Fucked Up" (Situation normal, tout est nické).
Je me dis que ces deux acronymes conviendraient parfaitement à la situation de notre planète ...

5 commentaires:

  1. FOOBAR sous cette orthographe est sensé signifié Fully Out of Order, Beyond All Repair.
    Ceci dit la planête en a vu d'autre, l'humanité quant à elle est bien plus vulnérable, mais là aussi elle a déjà fait preuve de sa capaciter à surmonter bien des crises.
    Et puis ni l'un ni l'autre n'étant des objets inerte, je ne partage guère cette sinistre vision...

    RépondreSupprimer
  2. "elle a déjà fait preuve de sa capacité à surmonter bien des crises." dis-tu ?
    Comme la crise financière par exemple ?
    Et tu regardes autre chose que les bisounours et le journal de Jean-Pierre Pernod à la télé ?

    RépondreSupprimer
  3. Oui la capitalisme fait preuve d'une résilience à "toute épreuve" (jusque là). La question est : au service de quoi ?
    La guerre a traversé les âges (avec de nombreuses mutations), doit-on s'en réjouir ?

    RépondreSupprimer
  4. Le capitalisme n'est au service de rien d'autre que de la cupidité humaine, et du désirs assez réparti d'améliorer sa condition de vie.
    De même pour la guerre, autre mode d'expression à l'échelle des groupes de la cupidité et du désir d'expansion.
    A vrai dire je préfère encore le capitalisme à la guerre.

    @Stéphane : il ne faut pas confondre optimisme et candeur, voir naïveté, ni connaissance, responsabilité et age adulte avec pessimisme
    Donc je persiste l'humanité a surmonté déjà bien des crises et des désastres, à comparés desquels la situation de "crise" actuelle n'est guerre qu'un épouvantail médiatique.

    RépondreSupprimer
  5. Le capitalisme n'est au service de rien, il est !
    Effectivement, les hommes, en se regroupant, doivent abandonner une part de leur responsabilité individuelle pour entrer dans une règle de groupe. Cette règle de groupe reflète immanquablement la somme des individualités du groupe et donc effectivement la cupidité et le désir d'expansion. C'est pourquoi les pensées communistes ou trotskistes pensant que le capitalisme est une création ex cathedrae de quelques bourgeois (les fameuses "100 familles" par exemple) ne sont que chimères.

    Par ailleurs, la situation actuelle de crise n'est peut être qu'un épouvantail médiatique mais la situation de crise profonde de la société est elle bien réelle.

    RépondreSupprimer