BO du Blog

samedi 12 décembre 2009

Big Internet is watchin' u

J'avais toujours été dubitatif en entendant les Cassandre vis-à-vis des dangers d'Internet. Attention, c'est un repère de pédophiles ! Vous êtes traçés partout ! Les cookies-magiques ! Envoyé Spécial : les dangers de Facebook. Un coup d'un soir : et hup, tes fesses s'agitant en rythme sur le Net ...
Moi, je vois plutôt ça comme un instrument de liberté. Preuve en est avec le Net chinois ou encore Twitter à Téhéran.
Mais hier, une petite aventure m'étant arrivée m'a fait réfléchir ... J'ai posté un article sur mon blog Libé où je citais Arnaud M. (je ne le cite pas en entier, vous comprendrez pourquoi ...), ci-devant Député de Saône-et-Loire. Et voilà que 3h après, le député en question (où plutôt quelqu'un de son staff) me fait un long post expliquant qu'il n'avait jamais dit ça etc etc Vérification faite, le post provenait bien d'une IP du CG71 donc pas une blague a priori.
Une seule explication : notre ami Arnaud se sert du très efficace service "Google Alert" pour contrôler ce qui se dit sur la Toile. Pas très méchant. Mais alors, mon esprit s'est animé et je me suis pris à imaginer ce que des services mal intentionnés pouvaient en faire. Rappelons-nous les écoutes de l'Elysée. Plus besoin de caves et de branchements foireux. Il suffit que la DCRI mette en place tout un tas d'alertes Google associant Nicolas S., Eric B. ou encore Brice H. avec tous les noms d'oiseaux que l'on peut imaginer pour repérer les "opposants" et les ficher. Brrr, ça fait froid dans le dos.
Nous devrions donc faire comme en Chine où, pour déjouer la censure, les internautes ont pris l'habitude sur les forums de remplacer les noms de dignitaires du PC par des .. noms communs d'animaux donc infiltrables. Pour les trois noms cités, il faudrait donc se mettre d'accord et les remplacer par exemple par Le Petit Coq, Le Rusé Renard et le Sanglier du Massif-Central et nous pourrions dauber en paix !

1 commentaire:

  1. On en profitera pour apprécier toute l'ironie de la récente déclaration de Eric Schmidt, président de l'Empire Orwellien Google : "S'il y a quelque chose que vous ne voulez pas que l'on sache, vous ne devriez peut-être pas le faire."

    Ca donne à réfléchir.

    RépondreSupprimer