BO du Blog

lundi 7 décembre 2009

Copenhague-nostique

Que penser de ce genre de grand raout (non pas Eric ...) ? Qu'il s'inscrit parfaitement dans la droite ligne de la Religion Occidentale Contemporaine (ROC @Régis Debray), prêt-à-penser pour tous, ligne obligée, nouvelle religion moderne. Ceci-dit, j'adhère aux buts mais quant à l'efficacité, je suis sceptique, de même que je le suis pour les Gx et les conférences post-crise financière.
Tout d'abord, c'est essentiellement de la comm. 95% du travail est effectué en amont par les sherpas des différents pays. Ensuite, trois jours de rencontres, ajustements, petites phrases, conférences de presse, tirage de couverture à soi ("c'est moi qui ai fait passer la réduction de GES à 25% !!", "c'est moi qui ai convaincu Obama ...") pour en général déboucher sur un compromis final plein de bonnes intentions ... non contraignantes. Ca me fait penser au fumeur qui, entre 2 bises et 8 coupes de champagne, le 31 décembre à minuit, décide qu'il arrête de fumer. Ca marche ... parfois.
Tous les objectifs sortis de ces conférences sont en général bafoués, de l'aide aux pays en développement aux bonnes intentions sur la régulation des marchés financiers. La France détient d'ailleurs souvent la pôle position de la tartufferie tant l'écart est grand entre la bonne volonté affichée et les actions menées (ex : aide aux développement des pays pauvres où la Grande-Bretagne nous surclasse alors que nous nous voulons des paragons de vertu sur le sujet).
Les optimistes diront que c'est toujours ça, que ça fait avancer la cause, que petit à petit les choses progressent, que l'on avance vers une prise de conscience mondiale.
Pas de bol, je ne suis pas optimiste ...

11 commentaires:

  1. Je suis assez d'accord avec toi. Tant que le monde entier adhère à la religion de la croissance et à la relance de la croissance et à la croissance à 2 chiffres, je ne vois pas en quoi on va pouvoir faire de l'écologie.

    De ce point de vue-là, même le PS est un peu gêné aux entournures et manque singulièrement de cohérence avec son discours sur la relance par la consommation.

    Qui n'a pas dans sa cuisine un appareil ménager qui ne sert à rien ou qui n'a servi qu'une fois parce que Tante Lucie l'avait offert pour Noel...?
    Pourquoi faut-il changer son PC tous les 3 ans?
    A part que le dernier OS de Microsoft est encore plus gourmand que le précédent?
    Pourquoi faut-il acheter une télé Full HD alors que la HD-Ready allait pas si mal?
    Pourquoi faut-il changer ses DVD en DVD Blue-Ray?
    Parce que sinon la télé HD ne sert à rien...
    De toutes manières, tout ça est déjà dépassé, la télé 3D arrive...
    Un phénomène qui tend à s'auto-entretenir et à nous prendre pour des imbéciles, non ?

    Bref, on est toujours en retard d'un appareil, d'un format, d'une innovation...

    Je ne suis pas un intégriste de l'écologie ayant moi-même une télé HD Ready et un téléphone portable mais on peut quand même raisonnablement faire le constat qu'on est en pleine SUR-consommation.

    Un peu de modération ne serait pas plus mal mais avec cette religion de la croissance, tout est fait pour surtout ne pas aller dans ce sens (mais surtout ne pas le dire, voir plutôt faire le contraire)

    "Il faut aller consommer" déclarait je-ne-sais-plus quel ministre du gouvernement qui ajoutait: "Dans cette période de crise, c'est un geste civique!"

    Hallucinant, non ?
    Ben si, ils l'ont vraiment dit.

    C'est pourquoi je suis assez pessimiste aussi sur ce genre de sommets d'illusionnistes ou tous les chefs d'état rivalisent avec le grand Arturo Brachetti, passant du vert au noir suivant leurs interlocuteurs.

    Mais enfin bon il ne tient qu'à nous de résister à la propagande des adeptes du "double-digit" du PIB et de ne pas acheter toutes les saloperies qu'on tente de nous vendre.

    Allez, Joyeux Noel à tous, j'ai des courses à faire pour les cadeaux de Noel.
    Ben oui, c'est le problème de la démilitarisation unilatéral évoqué dans ce même blog... :-)

    RépondreSupprimer
  2. D'accord d'accord. Bon on boira quand même une coupe ou deux de champ' à Noël et on mangera notre foie gras, mais on jettera la bouteille dans la bonne poubelle quand même ! :-))

    RépondreSupprimer
  3. Je viens de regarder le film de Yann Arthus Bertrand sur la 2 suivi du débat avec Jean-Louis Borloo et quand même, il y a un intérêt à ce genre de film que certains qualifieront sûrement d'alarmiste:
    Lorsqu'on voit toutes ces populations qui souffrent de la sècheresse, d'inondations, dont les enfants et les troupeaux meurent de soif, dont le lieu de naissance disparaît sous les eaux de l'océan ou le sable du désert:
    On ne pourra pas dire qu'on ne savait pas.
    On pourrait dire qu'on n'y a pas cru, qu'on pensait que ce qu'on pouvait faire était dérisoire mais on ne pourra pas dire qu'on ne savait pas.
    je suis révolté.
    Lorsque je vois ces peuplades nomades qui luttent pour l'eau ou se nourrissent d'un bol de lait de chamelle par jour car leur troupeau a été décimé à cause de la sècheresse, j'ai honte pour nous, notre civilisation soi-disant à la pointe du progrès.
    Quel progrès ? Economique ? Surement. Technologique ? Surement.
    Ecologique et social ? Surement pas.

    Suis-je victime de la propagande de quelques écologistes intégristes ? Je ne pense pas. Je suis conscient de ce risque mais je ne crois pas. De toutes manières, je sais lire une courbe. C'est l'avantage d'avoir une formation ou une culture scientifique.
    Les documents existent. Les témoignages existent.
    En même temps, je me dis qu'on peut discuter de tout ça: est-ce vraiment vrai? est-ce que le changement du climat n'est pas une éternelle rengaine des vieux? est-ce que ce n'est pas un caprice des évolutions du climat pour lequelles on n'a pas assez de recul? n'est-ce pas une variation de l'intensité calorifique du soleil?
    Mais a-t-on réellement besoin des réponses à toutes ces questions pour agir?
    Est-ce que même quand on a le nez dans merde, on ne parvient pas à la sentir qu'il nous faut des preuves scientifiques?

    suite dans le prochain commentaire... juste en dessous:

    RépondreSupprimer
  4. J'ai honte et en même temps, je ne suis pas totalement pessimiste.
    Je suis révolté et pourtant j'y crois encore.

    C'est assez étonnant.

    Quand j'étais étudiant, je voulais partir en Afrique pour sauver les populations pauvres.
    Je ne savais pas trop comment m'y prendre, donc je ne l'ai pas fait.
    Et subitement, voilà que j'ai l'occasion de le faire directos depuis ici en France:
    Il suffit de consommer moins, manger moins de viande, éteindre des lumières, baisser la température dans la maison, prendre les transports en commun.
    C'est pourquoi je suis finalement un peu optimiste: je vais pouvoir faire quelque chose d'utile.

    Et en plus, on a le choix de modifier nos comportements alors que les réfugiés climatiques, eux, n'ont pas eu le choix: ils ont DU modifier leur comportements.
    Nous, on a le choix.

    Le choix, c'est la liberté.
    Étonnant, comme les animaux, la nature, elle s'auto-régule.
    Sans l'homme, la nature prospère parfaitement bien et s'auto-régule sans générer de problèmes climatiques.
    Normal, les animaux n'ont pas de conscience.
    L'homme, lui, il a le choix, il a une conscience et la liberté de l'utiliser.

    ou pas.

    C'est lui qui voit.

    En réalité, c'est un choix restreint.
    Voir même, c'est un poids, un fardeau.
    Celui de la responsabilité.
    Car l'homme va devoir faire consciemment ce que la nature aurait fait toute seule.
    Et pour ça, il va falloir qu'il se mette d'accord dans des dizaines d'instances internationales et que des milliards d'êtres humain qui vivent sur cette planète changent leur comportement.

    Tout ça pour un truc que la nature aurait fait toute seule, sans même en avoir conscience.
    Si l'homme était resté un singe...

    Eh oui, la liberté, c'est bien le choix entre le bien et le mal.
    Parce qu'il va y en avoir du mal, des petites méchancetés entre chefs d'états à Copenhague, jusqu'au milliers de morts dans des inondations et des submersions.

    Va falloir choisir.

    Ohé ?
    Il y a personne dans ce blog que ce sujet intéresse ?
    Comment ça se fait qu'il n'y a que 2 commentaires ?
    C'est parce que vous êtes consternés? pessimistes? que vous vous en foutez?

    Bon ben après ce moment de révolte, je vais aller me coucher sur un dernier petit conseil:
    N'achetez pas le dernier IPOD nano ou IPHONE. Résistez. Les français parlent aux français...

    Oula je suis vraiment fatigué moi...

    RépondreSupprimer
  5. Bilan carbone : http://www.bilancarbonepersonnel.org/index.php?type_page=generique&page=accueil

    RépondreSupprimer
  6. "Le choix, c'est la liberté.
    Étonnant, comme les animaux, la nature, elle s'auto-régule.
    Sans l'homme, la nature prospère parfaitement bien et s'auto-régule sans générer de problèmes climatiques.
    Normal, les animaux n'ont pas de conscience.
    L'homme, lui, il a le choix, il a une conscience et la liberté de l'utiliser. "
    Stef, on est là !
    Alors là, le mythe du bon sauvage, des animaux qui eux sont parfaits et respectent la nature, je me gausse !
    Je viens de finir "Le 3ème chimpanzés" de Jared Diamond, excellent livre dont je dois faire la critique et qui fait partie d'une trilogie qui est AUSSI un plaidoyer écologiste.
    Mais la fin de celui-là (livre) consacre un chapitre au "c'était mieux avant" et "les animaux sont gentils". Et démonte cette idée. Les hommes des temps anciens (-10.000) se sont livrés à des génocides, ont exterminés et fait disparaître des races d'animaux, ont bousillé leur environnement, ont déforesté, bref comme nous ... La seul différence, c'est qu'on est plus efficace, c'est tout ! Quant aux animaux, ils font aussi la guerre, comme nous et il arrive aussi (plus rarement mais ça existe) qu'ils bousillent leur environnement. En général, la "nature" prévoit des régulateurs (cascades de prédateurs, prédateur dominant avec reproduction lente, etc etc) mais les animaux livrés à eux-mêmes (par ex, en l'absence de prédateur) se reproduisent et épuisent leur environnement (comme l'homme ...).

    RépondreSupprimer
  7. Effctivement hier soit nouvelle "grand messe" télévisuelle de la religion écologique.
    Belles images et drames humains au programme.
    Petites scenetes façon parabolle. Ton résolument alarmiste, voir moralisateur. Les liens entre l'activité humaine et les catastrophes annoncées : posés comme des dogmes, sans autres justifications que "les scientifiques ont observés que".
    En fait le vrai problème est bien pointé du doigt (la pauvreté de ces pays), mais on passe vite à autre chose. Le climat évolue, c'est possible, mais au lieu de gérer le changement, inéluctable, on préfère essayer de trouver des responsables pour les faire payer. Au passage on ajoute de nouvelles contraintes au développement qui vont pénaliser en premier lieux les pays en voie de développement. En filigrane il s'agit plutôt de gérer la raréfaction du pétrole qui s'annonce, en tentant d'en décourager l'utilisation massive à grande échelle de ces pays en voie de développement.
    Le "grand prêtre" de la religion qui officie, explique qu'il va falloir faire des efforts pour ne pas vivre comme lui : sillonner le monde en avion et hélicoptère, où faire les portraits des animaux dans les foires agricoles pour relancer la filière bovine.

    L'histoire humaine a déjà des connues des périodes plus chaudes et d'autres plus froides de toute façon. Et les zones les plus fragiles (volcan, innondation, cyclone, ...) sont souvent très habités, même dans les pays riches. La différence c'est les moyens pour mettre en oeuvre des politiques de prévention des risques.

    Heureusement comme dans toute bonne religion on peut apaiser sa conscience en achetant des indulgences : une économie d'énergie par ci, un jour sans viande par là (autant dire le vendredi tant qu'on y est), et l'âme est sauf à défaut d'autre chose.

    Quant à ce qui est du dernier IPHONE/IPOD pas de risque, je ne suis pas assez riche pour dépenser mon argent là dedans.

    RépondreSupprimer
  8. J'ai visiblement "raté" la grand messe.
    je regardai le feu d'artifice (houla pas écolo ça !) dans le ciel de Charbo ...
    Laurent, tu n'es pas assez riche pour un iPOD ? je viens d'acheter le mien 149E, c'est pas non plus la ruine ...
    Effectivement, j'oscille entre les 2 positions : faire les gestes quotidiens qui vont bien, est-ce amener sa petite pierre à l'édifice ou se donner bonne conscience ? On peut avoir le même questionnement pour la faim en Afrique ...

    RépondreSupprimer
  9. Ah ben ça y est, il y a de l'activité!

    @laurent (avec un petit "l"):
    Oui ben je ne suis pas complètement crédule non plus :-)
    Evidemment que c'est un document "orienté".
    Mais de là à dire que la religion actuelle, c'est l'écologie, je trouve que tu exagères un poil:
    Dans les paroles, dans les médias, dans le marketing: c'est possible.
    Mais dans les faits: sûrement pas!

    Nos "responsables politiques" ont peut être teinté leur discours de vert clair, mais c'est bien le PS, qui, il n'y a pas si longtemps prônait la relance par la consommation...

    C'est bien Sarkozy, qui, il y a quelques mois, prônait la relance par l'investissement (relance des projets d'autoroute, prime à la casse etc.)

    Donc la religion actuelle, c'est toujours et encore le pognon malheureusement.
    Et malheureusement, je pense qu'aussitôt que Copenhague sera terminé, tu ne vas plus trop être emmerdé par les grand messes écologique.
    (Par contre, comme dis Nico, va falloir se taper le foot)

    @nico:
    Ben oui, je connais le mythe du bon sauvage (et j'ai bien rigolé à la pub de Volkswagen avec le mec qui dit qu'il rejette pas de CO2 quand il parle):
    J'ai pas dit que les animaux étaient "gentils" ni "parfaits" (concepts purement humain, je te ferai remarquer).
    J'ai simplement dit que les animaux n'ont pas de conscience, qu'ils agissent suivant leurs instincts et que ces agissements conduisent à un équilibre, à une auto-régulation...
    D'ailleurs, tu parles bien d'humains (d'il y a 10 000 ans peut-être, mais quand même des humains)

    Je fais simplement remarquer que l'humain doit résoudre par la conscience un problème qu'il n'aurait peut-être pas eu s'il n'était pas conscient...
    C'est à la fois enthousiasmant et tragique, non?

    Faut pas vous alarmer si ce que je dis est incompréhensible, c'est parce que je lis un bouquin de philo en ce moment...

    :-)

    RépondreSupprimer
  10. Stef : non non leurs instincts ne les mènent pas à un équilibre, regarde mon dernier post. Leur instinct les mène à survivre et à se reproduire c'est tout. Dans certains conditions (qui ont existé), les animaux bousillent leur environnement et crèvent !!! Ce n'est pas l'instinct des animaux qui amène un certain équilibre, c'est la chaîne des animaux entre eux (les uns éliminant les autres), chaîne qui s'est constituée par le hasard, une main invisible ou la main de Dieu, va savoir. D'où le problème des menaces sur la biodiversité. Un animal saute et ça peut déséquilibrer toute la chaîne ...

    RépondreSupprimer
  11. Pour complèter ce que dit @nicolas il est heureux que les premières bactéries de la terre n'aient pas inventé le contrôle des émissions de gaz poluant, car sinon nous n'aurions pas d'oxygène à respirer (pour elles l'oxygène est un poison).
    Comme quoi la polution des uns peut faire le bonheur des autres, un peu comme le renouveau de la biodiversité à Tchernobyl...

    RépondreSupprimer