BO du Blog

mardi 1 décembre 2009

Le grand emprunt fait ppsssccchhiiitttt

Pour reprendre l'expression d'un ancien homme d'Etat (quelques indices devant vos écrans : je vis dans l'appartement prêté par un libanais, je suis emm... par la justice, un ancien pote corse me casse du sucre sur le dos, on m'a surnommé "5 minutes douche comprise", je suis, je suis, ...)
Je me rallie à la cause de mon ami David, qui soulignait l'autre jour sur Facebook que le soi-disant grand emprunt ne représentait que 6 semaines d'OAT au rythme habituel d'emprunt. Un total non-événement.
Je ne peux que souscrire à cette analyse. La seule chose qui aurait pu donner un caractère particulier à l'opération était la souscription populaire qui était envisagée au début, souscription qui aurait coûté plus cher à l'Etat mais constitué un geste à l'égard de la classe moyenne.
J'ai écouté Michel Rocard (que j'apprécie pour l'ensemble de son oeuvre) sur France Inter interviewé par Demorand l'autre matin. Pauvre Rocard qui venait justifier de son action avec Juppé mais qui avouait à demi-mot que tout cela n'était que de la poudre aux yeux.
Que disait-il ? Que la France empruntait 250 à 300 Milliards par an. Malgré cela, nous sommes considéré par les instituts de notation comme très fiables (AAA). Et qu'il faut le rester, sous peine de voire nos intérêts grossir (et donc notre budget être encore plus dans le rouge). Donc, en gros, Juppé et Rocard ont calé le montant de façon à lever un peu plus de fric (comme il l'a dit "pour doper le malade") sans que "ça se voit trop" (sic) afin de garder le "AAA". Donc, en fait de grand emprunt, l'opération consiste à savoir jusqu'où on peut s'endetter plus sans se voir imposer des intérêts plus élevés ... (réponse = 10% de plus que d'habitude)
Ah si quand même, la mission de Juppé & Rocard consistait à savoir comment claquer cet argent. Tenez-vous bien, ils en ont déduit qu'il fallait investir et notamment sur le futur (recherche, enseignement supérieur, ...). Ca nécessitait bien deux ex-premiers ministres pour trouver ça ! Ca signifie aussi que l'on passe notre temps à brûler de l'argent en frais de fonctionnement mais qu'on est tellement limite qu'on n'investit plus sur l'avenir. Et qu'il faut se sur-endetter pour espérer arriver à le faire. Sinistre farce.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire