BO du Blog

mercredi 27 janvier 2010

Stereotype

He's just a stereotype
He drinks his age in pints
He has girls every night
And he doesn't really exist

The Specials / Stereotype



Je regardai hier soir en léger différé le "C Politique" de dimanche soir avec comme invité José Bové. Le retour du brave Bové que l'on avait perdu de vue. Sous quel angle allait le cuisiner le père Demorand ? Un peu de révolte, des coups de gueule, des coups de flingue ?
Las, au bout de 5 minutes, le père Bové se révèle doux comme un agneau (du Larzac) apaisé par 3 bongs de Skunk, lustré par une poignée de Lysanxia, le regard doucement perdu dans le vide de celui qui vient d'être grand-père après avoir lui-même coupé le cordon ombilical et délivré le placenta qu'il a ensuite avalé cru pour en puiser la force naturelle. C'est un Bové-Light (mais sans aspartame), qui vante son rôle d'eurodéputé, mets en avant ses responsabilités et se déclare content du fonctionnement de Bruxelles.
Et là, on sent le Demorand désappointé. Ce con de Bové est en train de foutre en l'air sa programmation. Parce que, en deuxième partie, il a Marielle de Sarnez. Certes, elle est bien un peu agitée mais enfin ça sent sa bourgeoise BCBG des beaux-quartiers. Elle joue la délurée mais c'est pas ça qui va faire de l'audimat ou du buzz. Et puis le centre, hein, ça a jamais fait bander grand monde.
C'est le temps du call for action. Demorand, tel Jack Bauer dans le premier épisode d'une saison de 24, sent monter l'appel du devoir, fait le salut au drapeau et se lance. Il va te le défoncer, le cul-terreux.
- Mais bon, José Bové, vous avez jamais été un vrai paysan ?
- Sisisi mais plus maintenant, j'bosse à Bruxelles avec les potes
- Mais vous avez pas envie de redémolir un MacDo hein ? C'était le pied ça, non ?
- Boohh on l'a juste démonté, rien de méchant
- Et les OGM, José ?
- Bah c'est cool, on a un moratoire, plus besoin d'être violent
- Et la taule, vous y retournez bientôt ?
- Boohh s'il le faut ... ya des potes sympas là-dedans, des matons surtout
- Et Bruxelles, ça vous broute pas un peu, José ?
- Nan, c'est chouette. On bosse bien dans la commission, les choses avancent, des consensus se dégagent, ya des moules/frites, j'ai trouvé un rade sympa

Là, Demorand commence à transpirer sec. Il lorgne sur ses fiches pour voir si une de ses assistantes ne lui a pas préparée une silver bullet sur un livre que José aurait sorti dans les années 70 faisant l'apologie de la zoophilie ovine. José en profite pour faire glisser discrètement trois Stablon dans son gosier à l'aide d'un peu de liqueur de noix du pays.
Là, Demorand lance son va-tout :
- et votre fille, paraît qu'elle se lance en politique ?
- ouuuuuaiiss c'est cool
- pistonnée ?
- nan même po
- mouais comme Jean Sarkozy hein, même combat ?

Et José n'a même pas bronché ... on sentait Demorand dépité. Il a fini par lancer la donzelle de Sarnez d'une voix morne en se disant qu'il avait encore 30 minutes à tirer avant de rentrer chez lui.

Mais c'est quoi ce bazar ? Bové en gentil eurodéputé respectueux des lois à la recherche du consensus social-démocrate ? Et la suite ? Cohn-Bendit en président du Senat ? Marine Le Pen à la Cour des Comptes ? Y vont finir par nous tuer la politique ces cons !!!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire