BO du Blog

jeudi 11 février 2010

La méthode du retrait





Si l'on cherche la définition de "Méthode du retrait", on arrive à ceci :

Le retrait est une méthode traditionnelle de planification familiale par laquelle l'homme retire son pénis du vagin de la femme avant l'éjaculation

Si l'homme retire son pénis du vagin avant l'éjaculation, les spermatozoïdes n'entrent pas dans le vagin et la fertilisation est empêchée.


Cette méthode, encore appelée coïtus interruptus, a le mérite d'être simple mais pas franchement sympa ni efficace. On pourrait la croire tombée en désuétude avec tous les nouveaux moyens de contraception mais vu le nombre de matchs Google, pas si sur.

Cependant, une nouvelle réalité est en train de se définir sous ce terme.
Le droit de retrait est de plus en plus utilisé dans notre beau pays, notamment ces jours derniers au lycée Adolphe-Cherioux où un élève a été poignardé.
Les profs ont-ils raison de vouloir plus de sécurité ? Certainement
Ont-ils raison de cesser le travail pour cela ? Pourquoi pas
Ont-ils raison d'user du droit de retrait ? C'est beaucoup plus contestable

Qu'est ce que le droit de retrait ?

En droit français du travail, le droit de retrait est le droit pour le salarié de se retirer d'une situation de travail présentant un « danger grave et imminent pour sa vie ou sa santé ». À la différence des procédures d'alerte, attachées à certaines institutions représentatives, le droit de retrait est un droit individuel mais qui peut s'exercer collectivement. Il est fondé sur l'article L. 4131-1 du Code du travail pour les salariés et sur l'article 5-6 du décret n°82-453 du 28 mai 1982 pour les fonctionnaires.


En clair, il s'agit d'un droit de nature exceptionnelle qui doit jouer seulement dans des conditions très graves. Est-ce le cas au lycée Adolphe-Cherioux ? Non. Il est évident qu'un climat de violence s'y est installé mais je ne pense pas que les profs puissent revendiquer qu'ils soient dans un "danger grave et imminent pour leur vie ou leur santé". Ou alors la France entière pourra se réclamer de ce droit ... Tous les commerciaux et autres professions utilisant leur véhicule pourront arguer qu'ils ne veulent être des 4.000 morts annuels sur la route et pourront utiliser leur droit de retrait. Tous les salariés exerçant dans le BTP avec les risques d'accident du travail ...

Une fois balayé la langue de bois et le politiquement correct, il est clair que ces profs ont choisi un mode d'action de type grève mais sans assumer les conséquences d'une grève. C'est regrettable car lâche. Le droit de retrait est un droit nécessaire qui préserve les salariés de conditions dangereuses. Abuser de ce droit risque de le faire disparaître un jour ... En ce sens, les professeurs manquent d'une solidarité élémentaire envers les salariés de la France entière et envers les enfants auxquels ils enseignent.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire