BO du Blog

mardi 2 février 2010

RIP Didier Lombard



Ca y est, Didier Lombard dégage ! Out, dehors, casse-toi pov' con. Lombard, vous vous rappelez ? les suicides ? France Telecom ? Le type avec une sale tronche qui avait l'air aussi concerné par les suicides que par la grossesse de la fille de son chauffeur ? Le super-autiste social ? L'handicapé profond de la communication ? Celui qui animait ses séminaires en disant que c'était fini, la "pêche aux moules" pour ces veinards de salariés de Province. Quel boute-en-train. Faut dire aussi que c'est un ingénieur, nous ont expliqué les médias. Bon oui, un ingénieur c'est formé pour ne pas avoir de coeur et pour parler comme un Goebbels des temps modernes.

Bon, il se casse-pov-con pas tout en fait. Car oui,
Didier Lombard conservera la présidence non opérationnelle de l'opérateur jusqu'au terme de son mandat
C'est fou le nombre de types qui sont dans les directions non-opérationnelles de groupes (Proglio/Veolia par exemple). Que foutent ces types là-dedans ? Ils tapent des bouffes en discutant de choses non-opérationnelles ?

- Dis donc, qu'est ce que tu penses du marché du triple-play en ce moment ?
- Houla, trop opérationnel vieux !
- Ah ... et ton put ?
- Mieux mieux ... fait passer la louche pour le caviar, STP

Donc en fait, il reste encore un an. C'est vrai qu'il n'a que 68 ans, il est encore vert le bougre ! Bon, maintenant, les paris sont ouverts. Quand vont éclater les scandales suivants :

- le scandale de la rémunération de Mr Lombard en tant que "non opérationnel" (il touchait 1.65 ME en tant qu'opérationnel)
- le scandale de la retraite-chapeau de Mr Lombard

Vous ne pensez quand même pas qu'il va se barrer comme ça sans prendre un petit quelque chose ? C'est qu'il a 3 gosses et Dieu sait combien de petit-enfants. Et puis c'est un auvergnat le garçon ...

Ce qui m'avait étonné à l'époque, c'est comment il avait fait pour ne pas sauter au 24ème suicide. Surtout quand Christine Lagarde lui avait assuré son soutien. En général, dans ce cas-là, ça sent très fort le sapin. Mais non, il a encore tenu 3 mois alors que l'opposition et la France entière réclamait sa tête au bout d'une pique. Votre dévoué serviteur, du haut de son fauteuil, a donc repris le fil de l'affaire en regardant fondre la neige de son jardin. En route pour une leçon de realpolitik ...

15 septembre : Face au 23e cas de suicide à France Télécom recensé par les syndicats en un an et demi, rencontre entre le PDG Didier Lombard et le ministre du Travail Xavier Darcos. En bref, le pouvoir politique prend les choses en main. La conférence de presse était assez cocasse, Darcos coupant la parole à Lombard pour l'éviter de raconter des conneries. Et pourtant, Lombard se désole de la "mode du suicide" au sein de son entreprise.

Le 19 septembre, Lombard invente cette excuse pitoyable qui mérite de figurer au Top 5 des excuses-à-deux-balles-bidouillées-en-vitesse-par-le-staff-de-comm (dont la directrice s'est faite virée peu après) au coude à coude avec le "mais nnoooonnn je parlais des auvergnats" de Brice Hortefeux :

Le PDG de France Télécom s'est excusé, mercredi, des propos qu'il a tenus la veille évoquant une "mode du suicide" au sein de son entreprise. " [Mardi], par erreur, j'ai utilisé le mot 'mode' qui était la traduction du mot mood (humeur) en anglais. Je m'excuse d'avoir fait ça", a déclaré Didier Lombard sur RTL, ajoutant : "Je suis focalisé sur : arrêtez cette spirale infernale [du suicide] dans laquelle nous sommes", a-t-il ajouté.

J'avoue que j'avais raté cette épisode ... Wow, je suis tellement bilingal que j'ai made a fault dans my comm. Gosh.

30 septembre : Lombard est auditionné par le Sénat où on lui demande ce qu'il attend pour démissionner.
Le même jour, un article de Libé que j'avais raté (damn encore) nous donne peut-être la clef de son non-débarquement de l'époque :

Exemple, ce ministre qui lâchait hier à Libération :«Lombard, c’est un brave type, mais il est complètement à côté de la plaque. Il n’a pas pris conscience de ce qui se passait.» Voilà pour le jugement lapidaire. Alors qu’attend-on pour le remercier ? L’affaire n’est pas simple. «Bien sûr, on se pose la question, poursuit le ministre. Sauf qu’on préférerait agir à froid.» Et d’ajouter, un brin cynique : «Parce que si les suicides continuent après l’avoir débarqué, on va se trouver mal».


Eh oui ... un peu comme si la police arrêtait un serial-killer, avec conférence de presse, serrage de paluches, autocongratulation ... et qu'un nouveau meurtre arrive. Moralité : attendons que la vague de suicide se tasse (ou que les medias s'en désintéressent) et ensuite on virera cette tringle.

1er octobre : Didier Lombard est reçu par la ministre de l'Economie Christine Lagarde qui lui renouvelle "sa pleine et entière confiance".

3 mois après ... on sait ce qu'il est advenu. Oui, la politique c'est vraiment un métier ...



A quoi songeait-il le Didier Lombard de 20 ans, celui dont les traits n'étaient pas encore déformés par la lippe dédaigneuse qu'il arbore désormais et alourdis par les kilos des repas d'affaires ? Imaginait-il qu'il deviendrait 48 ans après la caricaturale quintessence du patron insensible à la souffrance de ses employés ?
A-t-il eu du mal à communiquer pour séduire Gilberte, qui lui a donné 3 enfants mais a réussi malgré tout à devenir Directrice de Banque ?
Est-ce que le Lombard d'aujourd'hui a gardé ne serait-ce qu'une petite connexion avec le jeune adulte qu'il était alors ? Comment le jeune Didier jugerait le Lombard non-opérationnel de 2010 ?
Autant de questions qui resteront sans réponse. RIP, Lombard. Remplis Immodéremment tes Poches.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire