BO du Blog

lundi 8 février 2010

Stats ethniques : ta race ?



Je m'excuse auprès des lecteurs de ce blog pour le jeu de mot absolument lamentable dans le sujet. Ma défense : lundi matin ...

Je ne te demande pas de comprendre
Mais de résoudre
Les problèmes qui habitent
La banlieue qui s'agite
Toujours plus vite
Sans limite
Admet qu'il y a un point critique
A ne pas dépasser
En tant qu'informateur
Je me sens obligé de dévoiler la vérité
Car le silence ne sera plus jamais
Plus jamais toléré
Oh oui c'est triste à dire
Mais tu n'as pas compris
Pourquoi les jeunes de mon quartier vivent dans cet état d'esprit

Supreme NTM / Le Monde de demain


C'est ce qui s'appelle noyer le poisson. Yazid Sabeg a commandé en 2008 un rapport (la voie royale pour un enterrement de première classe) sur la "mesure de la diversité et des discriminations" après qu'il ait été nommé commissaire à la diversité par Nicolas Sarkozy. Las, le rapport n'est pas sur la même ligne que le commissaire. En effet, ce dernier souhaite ouvrir la voie à des statistiques ethniques, même s'il est très prudent sur le sujet et ne souhaite pas les voir généraliser (en clair, faisons des stats, mais pas au niveau national, et ne les publions pas ...). Le rapport lui, écarte poliment la possibilité d'interroger les français sur ce que Sabeg nomme joliment le "ressenti d'appartenance", en bref, demander à tout un chacun ce qu'il se "sent" (blanc, noir, metis, arabe, ...). En pointant notamment le fait que cela aboutirait à mettre en oeuvre une nomenclature "ethno-raciale". Sur qu'ils ont du travailler dur à la commission pour découvrir ça ... Il semble évident que si on pose cette question au recensement, il faut avoir un ensemble limité de réponses, sans quoi cela sera indépouillable ... A la place, la commission demande que soit ajouté au recensement des données sur le lieu et la nationalité de naissance des parents. D'une part, j'ai du mal à croire qu'on ne dispose pas déjà de cette information quelque part dans l'Etat Civil. D'autre part, on parle ici de discrimination fondé sur la couleur de peau, appelons un chat un chat. S'interroger sur la nationalité des parents est un faux nez qui ne résoudra rien. Sabeg va tenter de plaider sa cause auprès du premier ministre. Ca n'est pas gagné ... Besson est favorable aux stats ethniques ... mais ne les soutiendra pas.

Comment lutter contre un phénomène que l'on se refuse à mesurer ? Le rapport propose que les entreprises fassent leur propre enquête sur la diversité afin de mettre en place des mesures. Ce que le gouvernement n'ose faire, elle veut le sous-traiter aux entreprises. Quelle hypocrisie ! Imaginez :

- Dis donc, Yazid, c'est ton père ou ta mère qui est turque ?
- Les deux
- OK merci
- Pourquoi ?
- Non non rien laisse


Si l'on traite ce genre de données, c'est évidemment sous couvert d'anonymat. Comment garantir l'anonymat au sein d'entreprises de taille réduite ?
La lutte pour la parité hommes/femmes, que ce soit pour la présence simple (lutte contre le fameux "plafond de verre") ou pour les salaires, se fonde sur les statistiques (par exemple, les disparités salariales). Priver la lutte contre les discriminations raciales de cet outil, n'est-ce pas refuser de s'attaquer au problème ?

Car enfin, de quoi a-t-on peur alors que ce type d'instrument est en action depuis très longtemps à l'étranger (USA par exemple) ? Certes, l'étoile jaune sous le gouvernement Vychissois a laissé des cicatrices très profondes dans notre histoire. Mais 70 ans après, n'est-il pas temps, sinon de tourner la page, au moins de ne plus se laisser dicter le futur par ce passé honteux ?

L'autre peur, on le pressent, c'est celle des résultats. De découvrir que la France est peuplée de X % d'arabes ou de Y% de noirs. Et de l'effet que cela produira sur le public. On s'imagine que celui-ci, entendant les chiffres au journal de 20h (ou pire au 13h de JPP) va bondir de son fauteuil pour se lover dans les bras hideux du racisme. Mais que préfère-t-on ? Laisser cours aux fantasmes dont se nourrit le FN depuis des années ? ou regarder la vérité en face, même si sur certains points, elle puisse s'avérer pénible (liens entre ethnie et certains types de délinquance telle que infractions aux stups) ? Et ainsi s'y attaquer ? Mon intuition me dit que la réalité, au moins sur le moyen terme, est toujours préférable au fantasme. Cacher la vérité ne peut qu'alimenter la théorie du complot, la veille antienne du "s'ils cachent les chiffres, c'est bien qu'il y a quelque chose à cacher".

Par ailleurs, très concrètement, cette absence de données entraîne des aberrations absolues. Le CSA s'est mis en tête de lutter contre la discrimination faite aux minorités visibles (ou pas justement) sur les écrans TV. On ne peut que s'en féliciter. La puissance du média TV n'est plus à démontrer et elle est des plus à même de faire évoluer les stéréotypes. Car oui, notre bon vieux cerveau reptilien fonctionne à l'économie, à coup de stéréotypes. Une étude menée aux USA a montré que l'association blanc/honnête se faisait plus vite que l'association noir/honnête. Pourquoi ? Car la première est de l'ordre du stéréotype et donc gérée par le cerveau reptilien (on dira "câblée en dur") et la seconde par le néo-cortex, la couche civilisationnelle (le surmoi dirait Freud) qui va plus lentement.
Les stéréotypes existent, on peut s'en émouvoir mais notre cerveau est ainsi fait. Ne pointons pas les américains du doigt, tous les participants à l'étude se déclaraient non-racistes ... nous serions peut-être surpris du résultat sur nous-mêmes ...
La TV peut changer cela. Mon avis est que la série 24 a, à la marge, influé sur l'élection d'Obama en contribuant à renforcer la plausibilité d'un président noir et donc à faire influer les stéréotypes. Le combat du CSA est donc le bon.
Mais quel est la crédibilité du CSA quand il pousse un coup de gueule car on ne voit "que" 18% de minorités visibles à la TV ? Est-ce trop peu comme semble le penser le CSA ? Je n'en sais rien ... car on ne peut que se fier au ressenti qui ne sera pas le même à Villiers-le-bel, qu'à Paris XXème, qu'à Paris VIIIème ou à Charbonnières-les-bains ...

Mettre en place les statistiques ethniques, ce serait se comporter en démocratie adulte et, d'une certaine façon, avoir une politique post-raciale, comme on se plaît à parler d'Obama.

6 commentaires:

  1. Je me demande quand même ce que ça va changer de savoir qu'il y a tant d'arabes, tant de noirs ou tant de chinois dans une ville. Il me semble que, à part les personnes en situation irrégulière, nous sommes tous français. C'est peut-être le point de vue d'une fille issue d'une famille d'immigrés! Au lieu de cloitrer les ethnies dans des quartiers à la Banlieue 13, on ferait mieux d'essayer de vivre tous ensemble. J'ai un peu de mal avec le comptage : 60% de blanc, 20% d'arabes, 10% de noirs, 10% de "autres". Au risque de paraître naive, à quoi ça va servir? A travers l'article je ne saisis pas la finalité de cette enquête et je ne suis pas contre apprendre un peu lol. Si on pouvait déjà se passer des clichés du style, l'arabe de service dans la série policière avec un accent de banlieusard à couper au couteau! Comme si ils parlaient tous comme ça (certain oui et en rajoutent, c'est vrai).
    Quoiqu'il en soit, le racisme est et malheureusement sera toujours... C'est pas très chouette mais avant que les choses bougent on n'aura qu'un oeil au milieu du front!
    En ce qui concerne Obama, on tombe limite dans la discrimination positive : pour un peu il a eu du bol d'être black!

    RépondreSupprimer
  2. @Karyn : si tu parles de l'enquête du CSA, je pense que ça part d'une bonne intention. Leur volonté, c'est que les JT mais aussi les reportages, les fictions, etc etc reproduisent sinon fidèlement, au moins à peu près la population française. Mais, comme tu le dis, il y a aussi la qualité. Si c'est pour mettre 60% de blancs gentils, 20% d'arabes méchants et sournois, 20% de noirs feignants et bons à la course à pied (désolé pour les clichés) et 10% de chinois qui font des nems, ça vaut pas la peine.
    Ouais c'est pas ça qui combattra le racisme mais la TV a un rôle à jouer. On regarde la TV en moyenne 3h par jour, ça finir par changer notre regard sur la société. Pouvoir avoir des fictions avec des arabes gentils et des gros cons blancs, ça peut aider ! Ou juste des blacks & des beurs "normaux", cons ou gentils ou les deux à la fois, bref comme tout le monde.
    Ca existe déjà ... par exemple dans "RIS", série policière type "Les experts" et pas trop mal foutue. Avec un expert beur et une flic black. Sans chichis, sans caricature, c'est bien.
    Et encore une fois, 24 aux US est un très bon exemple (même si par ailleurs la série peut véhiculer quelques clichés ...).
    Hors la TV, les stats ethniques sont pour moi utiles. Par exemple, on peut mesure le taux d'intégration des handicapés à la vie économique. X % d'handicapés, Y% (Y < X) dans les entreprises : il y a un problème, comment y remédier ? (en l'occurrence, en contraignant les entreprises). On peut imaginer la même chose pour les minorités visibles (c'est laid cette expression ...). Ou encore s'en servir sur les critères d'attribution HLM pour éviter une concentration ethnique (ghettoïsation).
    C'est comme tout, tu ne peux pas dire : la couleur de la peau n'est PAS un problème mais on n'en parle pas, on ne demande pas, on ne statistique (néologisme affreux) pas. Si on ne veut pas en parler, c'est bien qu'il y a un problème ...
    Alors que c'est banal ailleurs. Je viens de lire que, à la Nouvelle-Orleans, un maire blanc avait été élu pour la 1ère fois depuis 32 ans dans un ville peuplée à ... 61% de noirs. Stat ethnique, non ? Et c'est cité dans l'article sans le moindre problème ... comme quoi ...

    RépondreSupprimer
  3. Je vois surement ça d'un point de vue de personne tolérante, j'ai pour habitude de dire que je ne suis pas raciste mais anti-con. Et je pense sincèrement que c'est dès le départ que ça a merdé : mettre à l'écart les immigrés qui venaient travailler en France au lieu de les loger comme tous le monde fut une grave erreur. Créer des logements car il y en avait besoin certes mais procéder de la sorte : toi t'es beur? cité HLM! C'est mauvais... Mais comme on peut pas revenir en arrière faut bien faire quelque chose, c'est vrai. Si ce "comptage" peut arranger les choses, c'est très bien, mais à mon sens, ça ne doit pas donner le sentiment aux gens d'être à nouveau catalogué. alors, ils ont du taf pour trouver la bonne méthode! De manière personnelle, ce n'est pas un tabou pour moi, je n'ai aucune réticence à avoir des voisins d'origine turcque sur mon palier, au contraire, j'adore les friandises qu'ils apportent pour le ramadan mdr. Blague à part, je ne comprends pas très bien ce tabou mais une fois encore c'est sûrement mon petit côté naïf!
    Je dois adorer la série RIS pour toutes ces raisons, pas de clichés et ça parait terriblement normal qu'il y est un beur (qui n'en est pas un en réalité mais bon) et une black!

    RépondreSupprimer
  4. Bah à la base les citées HLM c'est le "haut de gamme" du logement social. Les immégrés à l'époque avait plutôt droit à des bidons-villes. Vu que la plupart n'avaient pas de famille avec eux au début, ils ne se plaignaient pas trop.
    Après, politique du regroupement famililale oblige dans les années 70, c'est là que les "ghetto" actuels se sont constitués.
    D'ailleurs ils se constituent tout seul comme le montre le développement des villes anglo-saxones en "quartier italien", "quartier chinois" ...
    Tant que les habitants ont des habitudes de vie bien différentes, le vivre ensemble très proches sera difficile.
    Après pour les statistiques c'est clairement une hypocrisie et la peur qu'on instrumentalise les chiffres. La crainte aussi d'avoir des surprises à mon avis. Mais le seul fait qu'on mette un tabou prouve bien qu'il y a quelque chose de pas assumé derrière. Ca ne changera rien sur le fond c'est sûr...

    RépondreSupprimer
  5. Effectivement, à l'époque, les HLM étaient LA solution pour la crise du logement et l'éradication des bidonvilles.
    Le problème, c'est le court-termisme. On peut faire un parallèle avec l'environnement aujourd'hui ... A l'époque, les entreprises, les gouvernements avec l'assentiment de la population ont "importés" des immigrés pour financer l'accroissement de leur niveau de vie sans se préoccuper le moins du monde de l'avenir ...
    Pour les stats, oui, il y aurait des "surprises" mais bon ... je persiste à croire que mieux vaut savoir, ouvrir le paquet, connaître les mauvaises nouvelles, s'y attaquer que laisser un paquet explosif traîner et regarder ailleurs ...

    RépondreSupprimer
  6. C'est sûr, que la bombe nous pète à la gueule ou s'encastre dans une vitrine, elle finira de toute façon par exploser lol.
    Si les gens ont peur des surprises, c'est qu'ils ne font vraiment pas attention aux gens qui les entourent. Mais en écrivant ça, je me rends compte que quand on vit Paris XVIe ou Lyon VIe, on n'a pas le même regard sur la population...

    RépondreSupprimer