BO du Blog

vendredi 16 novembre 2012

Coming-out maniaco dépressif

J'ai récemment fait des posts un peu "cryptiques" : (1), (2) et (3). La plupart ont du s'en foutre, d'autres me prendre pour un taré. D'autres enfin m'ont écrit en me disant "mec, tu es au milieu du gué". Ils ont raison. Alors je le dis : je suis maniaco-dépressif, bipolaire de son appellation plus soft. Type II selon la bible du genre (DSM IV). J'ai de la chance, c'est la forme la plus légère (type I est la plus lourde). Est-ce que ça fait de moi un cinglé ? Je pense que non, j'ai une vie sociale et professionnelle à peu près normale et peu de gens ont repéré mon "anormalité". Et puis qu'est-ce que la normalité ? Etes-vous, cher lecteur, normal? Un bipolaire type I est-il cinglé ?

Alors cela explique certains comportements "étranges" qu'auront noté mes amis, contacts professionnels ou lecteurs. En même temps, comme dirait ma soeur (brillante psychologue et la personne la plus franche avec moi), "tu  ne peux pas mettre tous tes comportements sur le dos de ta maladie". Et elle a bien raison. Ce serait tellement facile, quand je me comporte comme un connard, de dire que c'est parce que je suis bipolaire !

Je pourrai aussi vous parler de tous ces bipolaire géniaux et célèbres, de Napoléon à Hemingway, mais ce serait un peu "romanticiser" la chose. La bipolarité, se sont aussi des stats qui traduisent une espérance de vie réduite (largement) ou encore une propension très accrue aux addictions. Mais rassurez vous, pas de danger, les bipolaires ne sont pas très portés sur les tueries style Columbine High School. Ils préfèrent retourner la violence contre eux. 1% environ des français mourront en se suicidant. Chez les bipolaires, ce taux monte à 15 ou 20%. La bipolarité, ce sont des centaines de milliers de malades en France, des centaines de milliers de victimes collatérales (famille notamment). Dont on ne parle jamais (moins télégénique que le syndrome de la Tourette), pour qui on ne fait pas de Téléthon. Une maladie dont on ignore la plupart des choses.

Alors heureusement il existe un corps médical dévoué mais qui manque cruellement de moyens. La santé mentale, en France, on s'en fout. Lui donner de l'argent ? Non, mieux vaut mettre la poussière sous le tapis. Et tant pis pour les coûts induits. Cachez ces mecs bizarres que nous ne saurions voir. Et encore, je ne me plains pas, je suis, encore une fois, peu atteint et j'ai les moyens (et une mutuelle) pour payer 60€ ma séance de 15' chez le psychiatre.

Pourquoi faire ce coming-out maintenant ? J'ai passé 10 ans à me mentir à moi-même, 10 ans à mentir à la plupart des autres. J'en ai marre. Peut-être ce simple post va me faire perdre mon job, des amis. Peut-être que je finirai à la rue, sur un banc. Je n'en sais rien. Mais si, par ce post, j'ai pu aider un frère bipolaire, ne serait-ce qu'un peu, ne serait-ce qu'à ce qu'il se sente un peu moins seul, je n'aurai pas de regret.

I'm gonna stop wastin' my time
Somebody else would have broken both of her arms

Sad song, sad song
Sad song, sad song

My castle, kids and home
I thought she was Mary, Queen of Scots
I tried so very hard
shows just how wrong you can be

I'm gonna stop wasting time
Somebody else would have broken both of her arms

Lou Reed "Sad Song"

I have made the big decision 
I'm gonna try to nullify my life 

Lou Reed "Heroin"

Oh, I'm not aware of too many things
I know what I know, if you know what I mean
Philosophy is a walk on the slippery rocks
Religion is a light in the fog
I'm not aware of too many things
I know what I know, if you know what I mean, d-doo yeah

Choke me in the shallow water
Before I get too deep

What I am is what I am
Are you what you are or what?
What I am is what I am
Are you what you are or what?

Eddy Brickell and the New Bohemians "What I am"

13 commentaires:

  1. Bravo pour ce coming out, moi je suis type 1 et pas cinglé non plus, c'est le monde qui l'est, nous nous sommes juste des peaux qui le ressentons davantage.

    RépondreSupprimer
  2. Retourner la violence contre toi, ça explique le régime ! ouarf ouarf ouarf !! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien entendu, le masochisme peut être un dérivatif lui-même dérivé. Je m'en sers : marathon hier, régime aujourd'hui

      Supprimer
  3. La plus grande violence que tu t'infliges, ne serait-elle pas de travailler dans le conseil ? Dans les affaires qui plus est ?!

    RépondreSupprimer
  4. La plus grande violence que tu t'infliges, ne serait-elle pas de travailler dans les affaires ? Dans les affaires qui plus est ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faut bien gagner sa croûte non ? Et se distraire un peu avant de mourir ? Pkoi pas les "affaires". On s'y éclate, on y rencontre des gens très bien.
      Je suis pas doué pour grand chose alors ça limite le scope. Et j'ai envie de faire encore moins de choses alors.

      Supprimer
  5. Bipolaire ou pas moi je te kiffe!!! Faut te connaître et bosser avec toi pour le savoir, ceux qui n'ont pas croisé ta route ne peuvent pas en dire autant.
    Chacun de nous a un côté dépressif, moi je fais des attaques de panique et pourtant ça ne se voit pas!!!

    RépondreSupprimer
  6. Moi j'étais "surdoué" à l'école, ça compte ?
    http://www.cogitoz.com/PI.aspx?PLinkId=30&PT=100
    À l'époque, on ne savait pas tout ce qui est écrit dans cet article, évidemment. Mais ça colle très exactement : système perceptif trop performant, fonctionnement cognitif différent voire opposé, besoin de tout comprendre, empathie envahissante. L'école est une période atroce (et atrocement longue), mais les difficultés ne s'arrêtent pas quand on en sort...

    Je ne peux pas aller au cinéma ni regarder la télé ni écouter la radio, ça me viole la cervelle trop profond. Cette allergie-là est très dure à vivre socialement, il me manque toujours des pans entiers de culture. C'est plus facile de vivre à l'étranger, les gens comprennent mieux qu'il manque de la culture à un étranger.

    Au boulot, quel que soit le problème posé, je vois la solution, je n'arrive pas à convaincre mes collègues que c'est la bonne (souvent ils n'arrivent même pas à la comprendre !), je m'énerve, ils s'enferrent, et entre deux semaines et deux mois plus tard et autant de temps perdu à faire faux, ils présentent fièrement ma bonne solution comme s'ils venaient de l'inventer - seulement on ne peut pas toujours repartir de zéro avec cette solution-là. C'est frustrant, avec l'âge je lâche prise de plus en plus tôt et je me sens de plus en plus inutile. Et à cause de ça, j'ai une réputation de supergourou et on ne me donne à faire que les trucs infaisables - souvent on m'enlève du boulot parce que "ce n'est pas digne de moi". Pas de carrière possible dans ces conditions, bien sûr.

    Et puis j'ai le don de voir et de dire les vérités qui fâchent. Ma maman a compensé en m'apprenant à les présenter de manière aussi diplomatique que possible, mais ça fait chier les autres quand même.

    Par contre un bon côté c'est que tout l'environnement me parle et m'inspire. C'est une sensation difficile à décrire, un psychiatre de mes amis a un jour dit "celui-là on l'aime bien parce qu'il est capable de s'émerveiller d'un bouton de porte". J'ai l'impression que c'est un truc que plein de gens cherchent dans des religions, des sectes et des drogues. Là aussi, le truc est génial mais très excluant : à être entouré de daltoniens, même si c'est amusant de trouver des astuces et des métaphores pour leur expliquer le rouge et le vert, on finit par se sentir un peu seul.

    Heureusement, on est plus nombreux que les bipolaires, environ 3%. Plus on est de fous plus on rit :-)

    RépondreSupprimer
  7. Il faut lire Les clans de la lune alphane, de P.K. Dick.

    RépondreSupprimer
  8. Peut-être maniaco-dépressif...Certainement surexité et manquant de recul...Un petit tour du côté de la philo (les économistes viennent de la philo) pour découvrir l'ataraxie...
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Ataraxie

    Hé moi, j'aime vos chroniques, la volonté de d'exposer le vrai me semble sincère...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je connais l'Ataraxie de la à pouvoir l'atteindre.
      Tiens, un anti-anxiolytique (benzo) s'appelle Atarax. Les marketeux pharma connaissent leur philo !

      Supprimer
  9. Ce n'est pas de moi, mais j'avais cet air dans la tête en te lisant:

    "People are strange when you're a stranger
    Faces look ugly when you're alone
    Women seem wicked when you're unwanted
    Streets are uneven when you're down

    When you're strange
    Faces come out of the rain
    When you're strange
    No one remembers your name
    When you're strange
    When you're strange
    When you're strange

    People are strange when you're a stranger
    Faces look ugly when you're alone
    Women seem wicked when you're unwanted
    Streets are uneven when you're down

    When you're strange
    Faces come out of the rain
    When you're strange
    No one remembers your name
    When you're strange
    When you're strange
    When you're strange

    When you're strange
    Faces come out of the rain
    When you're strange
    No one remembers your name
    When you're strange
    When you're strange
    When you're strange"

    RépondreSupprimer
  10. Bravo pour ce coming out, je sais combien c'est difficile !
    Je suis bipolaire (II 1/2 : cyclothymique en clair) aussi et haut potentiel en plus (Coucou à Rémy !).
    Bonne continuation !

    RépondreSupprimer